Le dessinateur peut être un intermittent du spectacle

Le statut d’intermittent du spectacle peut être octroyé à la branche du dessin. Il faut le savoir, car ce statut peut être très avantageux. C’est une spécificité Française. Les médias parlent souvent de ces intermittents et de leurs droits. Mais est-ce réellement avantageux ? On va essayer de détailler cela.

Oui c’est avantageux

Il ne faut pas se voiler la face. Oui c’est avantageux. En clair quand l’artiste travaille, il est payé par l’entreprise. Lorsqu’il n’a plus de travail, c’est l’ASSEDIC qui le règle.

On ne va pas prendre l’exemple d’un dessinateur illustrateur pour enfants, mais plutôt celui d’un artiste intermittent du spectacle comme un magicien ou un clown. Il sera détaillé les avantages que procure ce statut.

Un exemple concret sur un visuel du spectacle

Pour bénéficier de ce statut l’artiste doit travailler 507 heures sur 1 an. Un spectacle d’un magicien close-up vaut pour 12 heures.

En clair l’artiste doit trouver 43 cachets et le reste du temps se reposer. Combien y a-t-il de samedi sur 1 an ?  53.

Le magicien close-up se fait embaucher par un restaurant tous les samedis et peut ainsi avoir les autres jours de la semaine une indemnité de l’ASSEDIC allant jusqu’à 50 € par jour. N’est-ce pas une bonne spécificité de la république Française ?

On vous invite à aller au festival de la bande dessinée d’Angoulême et de poser la question aux artistes dédicaçant leurs œuvres. Sont-ils intermittents du spectacle ?

Rapportons cela à un artiste du dessin

A premier vue, on croit que le statut est réservé aux personnes disposant d’un sens artistique. C’est faux. Un électricien comme une esthéticienne peuvent bénéficier de ce statut. Par exemple s’ils sont embauchés pour le tournage d’un film.

Ou encore un monteur de podium, oui ces individus qui précédent les chanteurs par exemple dans des stades, festivals..etc. Ils ont droit à ce statut.

Mais là, s’il surfent sur leur statut trop longtemps : 43 jours de travail et 322 jours de vacances. Pole emploi risque de leur proposer des missions et stages. A eux de montrer qu’ils vont avoir des contrats dans le futur.

C’est intéressant pour les salariés mais aussi pour les entreprises. Pas de stress pour l’entreprise qui embauchera l’intermittent uniquement pour la mission.

Le character designer peut profiter de ce statut. Installé en Martinique par exemple, il peut être embauché périodiquement pour des missions et ainsi le reste du temps profiter de la plage et du soleil. Elle est pas belle la vie en France ?